Les soins

La Carie Dentaire

Carie-Dentaire

Implantologie

Les greffes osseuses

La carie

Les bactéries de la plaque dentaire transforment les aliments résiduels et le sucre en acide qui attaque et détruit l’émail dentaire et crée des cavités dans la dent que l’on appelle caries.
Tant que la carie est située au niveau de l’émail, il n’existe en général pas de douleur, aucun signe d’avertissement (stade I). La carie passe inaperçue et continue sa progression vers la dentine.

carie3

La dentine possède des canalicules en relation avec la pulpe.
A ce stade la carie peut induire une sensibilité variable selon les personnes mais aussi une douleur légère particulièrement au froid et aux aliments sucrés (stade II).

carie6

Ensuite, des infections sont possibles, dont l’abcès ou le kyste sont les plus fréquents, avec gonflement de la gencive, de la joue, etc.
La carie progresse toujours et s’étend à toute la dent jusqu’à sa destruction totale et se propage souvent aux dents voisines (stade IV).

carie7

L'implantologie

Un implant dentaire correspond à une racine artificielle sous la forme d’une vis en titane placée dans l’os de la mâchoire.
Il permet de remplacer une ou plusieurs dents en respectant la vitalité et la biologie des dents adjacentes contrairement à la prothèse classique.

Le titane est le matériau de choix en chirurgie implantaire car il associe une bonne compatibilité biologique à une bonne résistance mécanique.

L’implantologie dentaire connaît un essor considérable ces dernières années.

De plus en plus de patients bénéficient de prothèses sur implants.

L'implant :

Un implant dentaire est une racine artificielle, placée par le chirurgien-dentiste dans l’os alvéolaire de l’un des maxillaires en remplacement de la racine d’une dent extraite, qui servira de support à une prothèse.

Sa forme est généralement cylindrique ou légèrement conique, ressemblant à une vis, en titane ou en zircone, avec une connexion au niveau supérieur, à l’emplacement de la gencive, pour permettre la pose d’un élément prothétique par vissage ou scellement.

Son diamètre varie entre 3 et 5 mm et sa longueur entre 8 et 15 mm.

La pose d’un implant, réalisée sous anesthésie locale, est totalement indolore. Elle se pratique au cabinet dentaire ou en clinique.

Les principales indications des implants dentaires sont :

  • le remplacement d’une dent unitaire. Grâce à ce procédé, il n’y a pas de mutilation des dents voisines.
  • le remplacement de plusieurs dents manquantes par un bridge sur implants. Cela évite l’appareil amovible.

Le choix se fait en fonction de l’emplacement, de la quantité d’os disponible, et des éléments anatomiques environnants à partir d’examens cliniques, radiologiques et scanner de la zone à implanter.

Le chirurgien-dentiste après une anesthésie locale pratique une incision, puis il décolle la gencive pour accéder à l’os alvéolaire.

Implantologie_Landes_1
Implantologie_Landes_3

Ensuite il prépare l’emplacement de l’implant dans l’os en passant plusieurs forets de diamètre croissant. Le forage de l’os se fait à vitesse maîtrisée et lente sous irrigation, pour respecter la structure osseuse et éviter tout échauffement de celle-ci.

Le praticien arrête lorsqu’il a obtenu un puits d’un diamètre très légèrement inférieur à l’implant à poser.

L’implant est placé dans l’os le plus souvent par vissage et doit avoir une liaison forte avec l’os. 

Le praticien replace alors la gencive et pose des points de suture.

Implantologie_Landes_11
Implantologie_Landes_12

Il faut attendre après la pose de l’implant, l’ostéo-intégration, qui peut durer plusieurs mois. L’implant va se souder complètement avec l’os et contrairement à la dent naturelle, il n’y a pas de souplesse ou de mobilité physiologique dues au ligament alvéolo-dentaire.

À l’issue de sa mise en place chirurgicale, une bague de cicatrisation en titane peut être directement vissée sur l’implant. Ainsi une seconde chirurgie ne sera pas nécessaire pour découvrir l’implant.

La technique en une seule étape chirurgicale n’est pas toujours possible, c’est à votre chirurgien-dentiste de prendre la décision.

Pour finir, une prothèse sera mise sur cet implant qui se comportera comme une racine artificielle.

Implantologie_Landes_11
Implantologie_Landes_13
Implantologie_Landes_14

Exemple d'un implant unitaire pour remplacer une dent antérieure manquante :

Implantologie_Landes_15
Implantologie_Landes_16
Implantologie_Landes_17
Implantologie_Landes_18
Implantologie_Landes_19
Implantologie_Landes_20

Exemple de 3 dents manquantes remplacées par 3 couronnes sur implants.

Implantologie_Landes_21
Implantologie_Landes_22

Pose des piliers prothétiques et des 3 couronnes scellées.

Implantologie_Landes_23

Les implants peuvent aussi servir à stabiliser un appareil amovible au maxillaire supérieur comme au maxillaire inférieur.

Dans ce cas, les implants retiennent la prothèse amovible par des systèmes d’attachement.

Deux techniques sont possibles. Elles font appel à la barre de rétention ou aux boutons-pressions.

Implantologie_Landes_25
Implantologie_Landes_26
Implantologie_Landes_27
Implantologie_Landes_28
Implantologie_Landes_29
Implantologie_Landes_30
Implantologie_Landes_31
Implantologie_Landes_32
Implantologie_Landes_33

Les traitements implantaires ont des tarifs libres et ne sont pas pris en charge par l’Assurance maladie mais depuis le mois de juin 2014, la couronne sur implant est remboursée comme une couronne sur une dent. Ils sont non remboursables. Les assurances complémentaires peuvent selon les contrats les rembourser.

Vos questions, nos réponses :

Les Greffes Osseuses

La pratique de l’implantologie se heurte souvent au problème de l’insuffisance de tissu osseux chez certains patients.
Lorsque les dents sont extraites, une partie de l’os alvéolaire l’entourant est perdu lors de la cicatrisation. Il est possible de remplacer cet os perdu avec un « biomatériau » pour poser l’implant dans des conditions anatomiques satisfaisantes.
C’est la régénération osseuse.

Les différents matériaux de comblement osseux

Il existe différents matériaux pour remodeler l’os. Le choix est fait par le praticien en fonction des besoins déterminés par son analyse clinique.
le comblement peut être synthétique et résorbable servant de trame à la fabrication du os nouveau ou naturel prélevé sur le patient.

Les comblements sous-sinusiens

Ce comblement osseux est réalisé avant ou en même temps que la pose des implants. 

L’intervention est réalisée sous anesthésie locale.

Dans cet exemple le forage intéresse la paroi crestale du sinus.
 

Comblement_sinusien_1
Comblement_sinusien_3

Une fenêtre est délimitée et réclinée à l’intérieur du sinus de manière à aménager un espace.
Cet espace est rempli par le matériau de comblement qui peut être recouvert par une membrane.

Comblement_sinusien_5
Comblement_sinusien_6
Comblement_sinusien_7
Comblement_sinusien_10

L’implant est posé dans la même séance ou 4 à 6 mois après la chirurgie de comblement.

Actuellement, tous les biomatériaux peuvent être utilisés pour les comblements sinusiens.

Après le comblement, il n’a jamais été décrit une quelconque perturbation de la physiologie sinusienne.

Les greffes d'apposition

Elles sont indiquées dans les insuffisances d’épaisseur.

Les différentes étapes :

Prélèvement du greffon au niveau du site donneur.

Apposition et stabilisation du greffon.

Greffe_Apposition_3

Recouvrement du greffon avec de l’os synthétique et une membrane.

Greffe_Apposition_5
Greffe_Apposition_6

Apres 6 mois de cicatrisation, il est possible de poser les implants qui recevront dans un deuxième temps les couronnes.

Greffe_Apposition_7
Greffe_Apposition_8
Greffe_Apposition_9

CONCLUSION

La greffe osseuse et le prélèvement osseux sont des chirurgies qui sont de plus en plus courantes et qui sont réalisées par des chirurgiens-dentistes ayant acquis une compétence spécifique.
En cas d’infection (très peu courante et prévenue par une prémédication antibiotique), le chirurgien-dentiste peut nettoyer le site chirurgical. Une seconde greffe peut alors être nécessaire.

Chez le fumeur les risques d’échec et de complications augmentent.

Le prix varie en fonction de la difficulté opératoire.

Les techniques de greffe osseuse pré-implantaire ne sont pas prises en charge par la Sécurité sociale.